La Belle et la Bête, de Disney : la beauté vient de l’intérieur

balLa Belle et la Bête (Beauty and the Beast en version originale) est le 39ème film d’animation et le 30ème « Classique d’animation » des Studios Disney. C’est également le premier dessin animé nominé aux Oscars dans la catégorie Meilleur film.

La Belle et la Bête est un conte international, avec des variantes culturelles, et intemporel, car il traite de l’amour et de la rédemption.

Porté par une technique impeccable, un scénario soigné et des personnages attachants, le film a de quoi séduire les grands comme les petits, les garçons comme les filles…

Je vous propose d’en découvrir davantage dans notre catégorie Films :

Sorti initialement en 1992, deuxième sortie en version Imax en 2002, la Belle et la Bête est réalisé par Gary Trousdale et Kirk Wise. Le conte éponyme a été adapté maintes fois au cinéma, au théâtre, à la télévision… Pour la version Disney, il semblerait que les scénaristes se soient plutôt inspirés de la version de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, publié en 1757.

Synopsis : Frappé par une malédiction, un prince égoïste est transformé en bête. Pour se dégager de cet enchantement, il doit être capable de se faire aimer tel qu’il est.
Belle est une ravissante jeune femme, intelligente et indépendante. Elle prend la place de son père, emprisonné dans un cachot du château de la Bête.
Aidé par les serviteurs du château, transformés en objets animés, la Bête parviendra-t-elle à conquérir le cœur de Belle avant que la rose de l’enchantement ne perde ses pétales ?

rose
La Belle et la Bête a bénéficié d’une technique à la pointe de la performance.
Disney utilise le système Computer Animation Production System (CAPS), un procédé « permettant d’encrer et de peindre des séquences d’animation numérisées par caméra numérique ».
Pour la scène du bal, la salle est reconstituée en trois dimensions, permettant des effets de caméra. Ce qui, à l’époque, était une prouesse.

Comme tout film Disney, La Belle et la Bête bénéficie de personnages attachants. Il faudrait bien plus d’un article pour tous les évoquer. Je peux néanmoins présenter les principaux.

Tout d’abord, la Bête :

la bête

Monstrueuse, elle se terre au fond de son château. La rose sur laquelle elle veille jalousement renferme sa beauté physique perdue. Pour le personnage, Glen Keane a emprunté des éléments à plusieurs animaux. La Bête a la crinière d’un lion, la barbe et l’ossature d’un buffle, les défenses et le groin d’un sanglier, le pourtour des yeux d’un gorille, les pattes arrières et la queue d’un loup, et le corps d’un ours.

Belle

Belle
Contrairement aux principaux films d’animation Disney, Belle n’est pas une princesse. Elle est la fille d’un inventeur, ce qui explique son instruction. Aussi Belle est-elle différente des autres filles du village. Si elle rêve d’une belle histoire d’amour à travers les livres qu’elle « dévore », elle est également indépendante et entend ne pas être considérée comme un objet.

Maurice

maurice

C’est le père de Belle, un inventeur farfelu qui se réfugiera dans le château de la Bête pour échapper à une meute de loups. Pour qu’il soit délivrée, Belle propose au maître des lieux d’être prisonnière à sa place.

Gaston

gaston
Tout Disney a son méchant et, contrairement à ce que l’apparence et l’attitude laissent supposer au départ, il ne s’agit pas de la Bête. Gaston est un chasseur, malheureusement très imbu de lui-même. Il a jeté son dévolu sur Belle pour perpétuer sa lignée, et ne supporte pas d’être repoussé. C’est lui qui lancera la chasse au monstre, et il cherchera à tuer la Bête.

Les objets

objets
Le château est rempli d’objets animés, chantant, pensant, parlant, etc. Il s’agit en réalité des serviteurs du prince, transformés en même temps que lui. On peut nommer Lumière et Big Ben, Mme Samovar et Zip…

L’ultime atout de ce film est la musique, pour laquelle il a obtenu deux Oscars : celui de la Meilleure musique (Alan Menken) et celui de la Meilleure chanson original : Beauty and the Best, Histoire éternelle en français (de Alan Menken et Howard Ashman).

Ce contenu a été publié dans Films/Séries TV/Musique, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.